18 avril 2012

Referencement monkey business ?

Le référencement depuis 2011

Etat des lieux du microcosme francophone

Les vagues formées depuis le concours de référencement Pandaranol n'en finissent pas ! Épiphénomène ayant suscité un buzz énorme au sein de la communauté des référenceurs, veilleurs, webmasters et éditeurs de sites francophones, le challenge a modifié le paysage du SEO made in France.

En effet, le concours pandaranol a cristallisé les esprits autour de concepts principalement venus d'Outre-Atlantique, visant l'industrialisation de procédés de référencement.

Ce qu'il est resté du concours depuis Juin 2011, c'est que l'approche quantitative donne des résultats capables de dominer les pages de résultats des moteurs de recherche.
Toute une communauté de prestataires en référencement s'est alors engouffrée dans la brèche, à commencer par les forums spécialisés dans les techniques dites avancées de référencement. Un flux de nouveaux membres qui a vu dans l’acquisition de logiciels et de matériels dédiés une voie royale pour écraser la compétition et s'arroger les premières places sur Google.
SEO black Hat
Crédit image : Laurent, OpenClipArt

L'avènement du Black Hat

Partant sur le principe que White Hat et Black Hat n'existaient plus, les deux étant désormais indissociables (Grey Hat) pour tout référenceur pragmatique cherchant avant tout le résultat, cette génération de "bébés Pandaranol" a alors investi dans les outils informatique développés pour automatiser au maximum les tâches impliquées dans une mission de référencement. Achats et codes d'affiliation par ici, abonnements à des services en ligne par là, formations au référencement avancé, etc le business a trouvé puis créé sa niche en France.
Il s'agit de dépenses notables, qui peuvent se monter à plusieurs centaines d'euros par mois en énumérant les postes suivants (liste non exhaustive) :
  • achat de logiciels (recherche de blogs, publication auto. de commentaires, création auto. de profils sur forums et réseaux sociaux...)
  • location de serveur dédié à partir duquel les scripts de programmes achetés sont lancés,
  • location de serveurs de tunnels et de serveurs proxy pour cacher ses traces et rester anonyme,
  • achat/location de services en ligne divers et variés (plugins WP SEO, analyse de backlinks, audit concurrentiel, suivi de positions, achat de fans sur Facebook, de followers sur Twitter, de likes...), 
  • l'achat de video et tutoriels en ligne pour apprendre à se servir des outils, 
  • l'abonnement payant à certains forums SEO spécialisés
  • l'entrée à des séminaires et conférences...
Pandaranol ayant mis en avant l'impact du billet de blog sur le référencement, la formule "référencez votre site sur des annuaires", de par le nombre de caractères habituellement limité sur ce type de site a perdu de la notoriété au profit d'un nouveau faisceau de circonstances. Le logiciel WordPress (largement utilisé pour les participants du concours Pandaranol, cf. "Après Pandaranol, que sont-ils devenus ?"), continuellement enrichi de plugins bien pratiques pour les SEO (et pour les autres) allait ainsi devenir l'outil idéal du site de Communiqué de Presse en ligne, lui-même adopté par le plus grand nombre pour promouvoir les sites web.
On voit ainsi fleurir les sites de communiqués depuis plusieurs années (cf. articles http://cwm-consulting.over-blog.com/article-la-mode-des-sites-de-communiques-de-presse-gratuits-quels-interets--44105132.html) mais avec un recrudescence toute particulière depuis Pandaranol (cf. http://buzz.marketing.free.fr/spip.php?article41)

Des réseaux de sites sont ainsi constitués pour relayer l'information et publier des liens qui contribueront à obtenir un meilleur positionnement.
Même si la plupart des textes sont issus de Master Spin, ces sites CP n'ont rien à se reprocher. Généralement les éditeurs de tels sites imposent une charte éditoriale qui leur évite de se faire blacklister par Google (en interdisant les contenus illégaux ou interdits aux mineurs, en définissant le nombre de liens autorisé en fonction du nombre de mots du Communiqué, en limitant le nombre de catégories et tags, lire à ce sujet un recueil de suggestions pour différencier son site CP).

Mais cela ne suffit pas toujours !
Le business s'adapte, puisque les différentes version du filtre Google Panda ont mis à mal les anciennes formules de fermes de contenus qui jusqu'alors permettaient de générer des revenus en réutilisant et republiant les textes.

Le Spin de texte est alors apparu, portant le nouvel espoir de générer du contenu unique (non dupliqué) sur les sites. Il en sera question un peu plus bas...

A qui profite le SEO Black Hat ?

Aux hébergeurs, aux registrars de NDD, aux éditeurs de logiciels payants qui vont être chargés de pousser ces sites CP en créant automatiquement de nombreux backlinks. Car ces sites de plus en plus nombreux doivent bien, eux aussi, bénéficier d'un peu de notoriété et de visibilité pour pouvoir transmettre du linkjuice aux moneysites... Ce marché profite également aux référenceurs et webmasters persuadés de pouvoir réaliser de belles affaires grâce à l'industrialisation de leur stratégie de publication et de monétisation.

Certains font de l'affiliation et la promotion de logiciels pour lesquels ils touchent une commission sur vente.

Beaucoup parlent de logiciels clairement Black Hat mais ne donnent aucune indication sur leurs propres affaires : quel est le retour sur investissement ?

Comme toujours, ce ne sont pas les "petits" utilisateurs de tools BH les vrais gagnants mais ceux qui vendent ces outils et les formations pour apprendre à les maîtriser (car certains softs sont tellement "puissants" qu'ils peuvent déclencher l'effet inverse : le blacklisting purement et simplement : sortie de l'index de Google sans garantie de retour).

La fin du Black Hat ?

Ces dernières semaines, les annonces de Google se font de plus en plus pressantes sur le fait de ne pas chercher à tromper l'algorithme du moteur de recherche (ne pas forcer sur la densité de mot-clé dans la page, ne pas associer son site à de mauvais sites, éviter l'emploi de balise canonical pour pallier à une mauvaise structure - cf Maile Ohye http://youtu.be/6AmRg3p79pM, etc) au travers de vidéos didactiques comme au travers d'actions bien concrètes (commande link: bridée, keywords "not provided" au moyen du protocole HTTPS, mise à jour du filtre Panda 3.4 et déclassement de sites de type fermes de liens et autres communiqués de presse de bas étage...)

Panda update Google
Crédit image : Laurent, OpenClipArt

La guerre serait-elle donc vraiment déclarée entre le moteur de recherche leader et les référenceurs Black/Grey Hats qui tentent de décrédibiliser la firme Google en mettant en avant les contradictions de ses propos ?

Qui détient la vérité ? Qui détient le pouvoir ? Entre une communauté de spécialistes en référencement technique avancé et le géant américain ?


Tendances du référencement en 2012

Entre 2011 et 2012, beaucoup de référenceurs ont investi dans dans des techniques propres au milieu black Hat. Il suffit de faire un peu de veille sur twitter pour s'en convaincre, car la plupart racontent leurs exploits au grand jour : blast par-ci, bon plan BL par là, nouveau site de CP au sein de linkwheel avec compte auteur VIP prêt à l'emploi...

Ce faisant, le tendance Black Hat a gagné très largement en visibilité, attirant de nouveaux profils intéressés par les "prouesses" réalisées à l'aide d'outils ou pratiques BH. Une partie a cherché à appliquer sans discernement certaines astuces divulguées ci et là, avec certains résultats catastrophiques pour l'ensemble des pratiquants, voire avec des dommages collatéraux pour tous les acteurs du référencement, qu'ils soient black hat, grey hat ou white hat !

Il en résulte qu'en 2012 il faudra faire preuve de plus de subtilité pour continuer à obtenir des résultats en utilisant les même outils. Qu'il s'agisse de la chasse aux spots doFollow ou aux contenus prenant les internautes pour des imbéciles (cf. https://sites.google.com/site/webmasterhelpforum/fr/aide-au-referencement/generer-des-liens-de-qualite), le référencement millésime 2012 va devoir élever son niveau éditorial, stratégique, et... technique pour les puristes du BH.

A ce niveau, le spin de texte est une illusion dans la grande majorité des cas. En effet, produire un article d'un niveau qualitatif supérieur à de la bouillie pour splog et destiné à être lu (entièrement, sinon attention le taux de rebond !) par un internaute requiert une préparation (le MasterSpin) de nombreuses heures et une véritable plume, lire à ce sujet le précédent billet http://referencement-qualitatif.blogspot.fr/2011/11/le-referencement-par-la-production-de.html ! Présenté comme l'arme ultime à la rentrée 2011, le contenu spinné n'aura pas vraiment eu le temps de récompenser les auteurs de logiciels, qui à grand renfort de dictionnaires de synonymes et d'analyses sémantiques poussées ont mis à la disposition (gratuite ou payante) du plus grand nombre une machinerie à passer les détecteurs de Duplicate Content certes, mais certainement pas à tromper facilement les lecteurs humains. Ou plutôt devrais-je écrire "certainement pas à intéresser les lecteurs humains"....

Enfin, il y a fort à parier que les vrais bons plans se trouveront moins facilement, sous peine d'être repris comme une traînée de poudre sur internet (certains évoquent la notion certes altruiste de partage, d'autres tentent de se faire un nom au sein du microcosme en divulguant partout ce qu'ils ont trouvé dans des lieux d'accès restreints) puis repérés facilement avant d'être "annulés" voire pénalisés par Google. Nul doute qu'en 2012 les Black Hat appliqueront à la lettre l'adage "pour vivre heureux, vivons cachés" afin de cacher leurs traces (WhoIs anonyme), brouiller les pistes (cloacking de BL) et garder leurs bons plans.

Et si certains communiquent des informations semblant intéressantes, gardez à l'esprit qu'il s'agira sans doute d'astuces de seconde main sur le point d'expirer, ou de tests grandeur nature. Réfléchissez : couperiez-vous la branche de l'arbre sur laquelle vous êtes assis(e) ?

Le renouveau du référencement passera par un élèvement qualitatif du niveau de ses prestations. Et n'oubliez pas l'aspect innovant : le référencement créatif risque de gagner du terrain !

D'accord, pas d'accord ? Commentez !